Un nouvel élan au service de la production indépendante grâce aux SOFICA

L’industrie cinématographique française est, aujourd’hui, administrée par un concile de manageurs méprisant tout ce qui est complexe. Le marché du cinéma n’a jamais produit autant de films (360 films et séries audiovisuelles en 2015 contre 50 seulement en 2000), il n’a jamais disposé d’autant d’argent (23 milliards en 2017) et la fréquentation bat des records. Pourtant, sa production n’aura jamais paru aussi obnubilée et formatée par le marché.

SOFICA : investir dans le cinéma et payer moins d’impôts !

Les SOFICA sont des entreprises d’investissement qui permettent de financer le marché de l’audiovisuel et du cinéma, tout en profitant d’une réduction fiscale avantageuse.
Ce type d’entreprises peut être créé par un organisme financier (on donne l’exemple de la SOFICA SG Image 2018 qui a été fondée par la société de gestion A Plus Finance) ou par un professionnel du secteur. Il s’adresse généralement aux investisseurs de long terme.
Les contribuables qui placent leur épargne ou leur économie dans une société de coproduction de films et de séries audiovisuelles profitent d’une réduction d’impôt correspondant à 46 % de leurs financements pour ceux réalisés en 2019 et déclarés en 2020. Soit une réduction d’impôt maximale de 10 200 euros. La SOFICA SG Image 2018, accessible dès 6 430 euros, vous permet de bénéficier de l’attractive fiscalité de ces sociétés tout en profitant de l’expertise de gestion d’A Plus Finance.
Pour rappel : pour bénéficier de l’avantage fiscal, l’investisseur doit détenir ses parts pendant neuf ans au moins. Il n’existe cependant pas de cas de possibilité de sortie anticipée.

SOFICA : des réductions d’impôt prises en compte dans le plafonnement de 21 500 euros !

Les réductions fiscales liées aux souscriptions au capital des sociétés de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles sont à prendre en compte dans le champ d’application de ce plafonnement spécifique. Alors pour profiter pleinement des avantages fiscaux procurés par votre investissement, veillez à ne pas dépasser ce plafond.
Mais il faut toujours garder à l’esprit que ces placements sont un peu risqués. Ceux-ci doivent être inclus dans une stratégie de diversification de votre portefeuille d’actifs, la réduction fiscale – quel que soit le type de placement – ne devant jamais être la principale motivation.

Ces sociétés d’investissement consacrent en moyenne :
– 15 % de leurs financements au secteur audiovisuel ;
– 96 % de leurs financements non adossés vers la production indépendante ;
– 23 % de leurs financements au secteur de l’animation ;
– 48 % de leurs financements sous forme de contrats d’association à la réalisation vers des premiers films.
Le rendement des SOFICA dépend, la plupart du temps, du succès commercial des films financés étant donné que celles-ci bénéficient de droits à recettes sur divers supports d’exploitation.