Les animaux d’Orlinski ont fait la fortune du sculpteur

En seulement quelques années, le célèbre artiste français sculpteur est devenu l’artiste français le plus vu dans le monde. Le sculpteur français voit sa cote s’envoler.
Le célèbre artiste des stars
Le célèbre artiste contemporain, Richard Orlinski a affirmé qu’il va là où le vent soufflant fort l’emportera. Exposant un jour à Cannes, un autre à Courchevel, une troisième fois à Los Angeles, à Abu Dhabi ou bien à Dubai, il est important d’avoir de la ténacité afin de pouvoir rencontrer l’artiste sculpteur dont les œuvres se vendent le plus au monde, Richard Orlinski. Connu surtout grâce à ses sculptures animalières, en résine portant des couleurs vives, l’artiste a constitué tout un zoo de sculptures, du cheval dressé, au loup en passant par l’inévitable Wild Kong décliné en toutes les couleurs, sans oublier la magnifique panthère en dentelle et le fameux crocodile rouge.

Enfance difficile

Alors qu’il avait une carrière dans l’immobilier, l’artiste ne s’est tourné à la sculpture qu’à l’âge de 38. En effet, rien n’a été donné à l’artiste pour devenir l’un des grands sculpteurs français contemporains. Avec son look de rockeur, l’artiste français n’a pas hésité d’évoquer son enfance chaotique et cabossée, qu’il a passé dans un foyer où il ne règne qu’une ambiance de pleurs et de cris. L’artiste a aussi évoqué une mère aimante, mais qui était très souvent dépassée par l’énergie de son rejeton, ainsi qu’un père dont l’excès de violence terrorisait enfants et femme.
À seulement 4 ans, le sculpteur était déjà un artiste précoce débordant d’idées, en faisant des petits modelages d’animaux pour les offrir à ses maîtresses d’école. Ensuite, il s’est passionné tour à tour à la batterie, à la harpe et à la course de vitesse au point qu’il a pu remporter le championnat de France en 1976 à seulement 10 ans.

Deux ans plus tard, il a parlé du divorce de ses parents en le décrivant de délivrance et l’absence de son père comme un soulagement. Toutefois, il a vécu avec sa mère des années où matériellement étaient assez difficiles.

Un bac économie en poche, Richard Orlinski a pu s’inscrire en gestion au sein de l’université de Tolbiac où il a pu décrocher un DEUG avant de pouvoir s’inscrire à l’école de commerce, le MBA Institute. Selon l’artiste afin de pouvoir financer ses études il a dû faire des petits boulots comme coursier. Ces diplômes l’ont conduit à faire partie de plusieurs projets immobiliers en intégrant des équipes de décoration et de design avant d’être son propre patron dans sa société.