Comment éviter la vaginite et ses récidives ?

La vaginite est une inflammation du vagin causée par des bactéries (Gardnerella vaginalis, Gonocoque, Mycoplasme), des parasites (trichomonas), ou par des virus (herpès génital).

L’herpès génital est une maladie virale sexuellement transmissible, très contagieuse.

Cette pathologie touche presque toutes les femmes.

Il faut éviter les facteurs d’infection et d’irritation, afin de prévenir la vaginite et sa réapparition.

Donc, il faut respecter quelques habitudes de vie.

Si vous êtes sujette aux mycoses vaginales à répétition, vous devez éviter les crèmes contraceptives spermicides, ne portez pas de vêtements trop serrés, et surtout, évitez de rester dans des sous-vêtements mouillés.

Pour prévenir les récidives de vaginite, évitez les antiseptiques moussants et les douches vaginales, n’effectuez pas de toilette intime plus d’une fois par jour, et séchez bien la vulve après chaque toilette.

Prenez les précautions nécessaires et utilisez un préservatif lors de chaque rapport.

 

   Comment réaliser sa toilette intime ?

La première chose à faire, vous devez nettoyer méticuleusement la vulve, ensuite, lavez la région anale (sans revenir en avant), rincez abondamment à l’eau claire, puis, séchez-vous bien, en tamponnant doucement.

Pour empêcher le développement de germes, il faut éviter d’adopter une hygiène intime trop agressive.

En cas de vaginite, il est donc important de savoir comment réagir !

 

   Les différents traitements :

Des mesures sont indispensables pour prévenir sa transmission (la vaginite), quand une infection est en cause.

Le traitement est adapté à la cause de la vaginite : intolérance à un produit, infection, sècheresse vaginale…

Parfois, pour déterminer quel est le germe en cause, votre gynécologue vous prescrit un prélèvement vaginal.

La cause de la vulvo-vaginite, est généralement, identifiée grâce à l’aspect des pertes vaginales (odeur, texture, couleur).

Cette inflammation peut être guérie, facilement avec un traitement adapté.

 Traitement local : par des ovules médicamenteux, des crèmes, des comprimés gynécologiques (antibiotique antiparasitaire (s’il s’agit d’un parasite), antifongiques (s’il s’agit d’une mycose vaginale), antibiotiques (en cas de vaginite bactérienne)), ou par des capsules vaginales.

  Traitement par voie orale : il peut être prescrit en association à un traitement local, sous forme de comprimés antiviraux, antibiotiques, ou antifongiques.

Pendant la période du traitement, la personne infectée doit s’abstenir de relations sexuelles, vu que dans certains cas, les vaginites, sont considérées comme des infections sexuellement transmissibles.

En cas de vaginite non-infectieuse, les soins consistent à supprimer les infections, qui favorisent, à leurs tours, l’allergie ou l’irritation.

Un traitement à base d’œstrogène est souvent proposé.

 

  Infections sexuellement transmissibles :

Ces infections sont dues à des virus et des bactéries transmises par voie sexuelle.

Leur fréquence est en augmentation, en France.

Au jour d’aujourd’hui, il existe plus d’une quarantaine d’infections sexuellement transmissibles.

L’hépatite B, Le VIH, le SIDA, la syphilis, l’herpès génital, les chlamydioses, les condylomes génitaux, la blennorragie gonococcique, et les infections par des mycoplasmes et la trichomonase, sont les infections les plus fréquentes.

Ces infections sexuellement transmissibles sont généralement provoquées par des agents infectieux.

Filiassur vous suggère des mesures préventives, et peut assurer également, la prise en charge pharmacologique et non-pharmacologique.