Comment pouvoir calculer le chiffre d’affaires prévisionnel de votre société ?

Calculer le chiffre d’affaires prévisionnel constitue un élément essentiel durant l’élaboration du business plan ou lors de l’établissement du budget de la société. D’après la société de gestion indépendante A Plus Finance, le chiffre d’affaires prévisionnel permet l’obtention d’une idée des différentes rentrées d’argent à venir en se fondant sur les hypothèses mesurables et fiables.
Par conséquent, comment une société peut calculer son chiffre d’affaires prévisionnel pour son activité ?
Grâce à l’intervention des professionnels travaillant chez A Plus Finance, la société de gestion spécialisée dans les placements de PME, vous saurez tout sur le chiffre d’affaires prévisionnel.

Calculer le chiffre d’affaires prévisionnel grâce à la méthode Bottom up

Afin de calculer le chiffre d’affaires prévisionnel, une entreprise peut se baser sur la méthode ascendante ou aussi appelée la méthode Bottom up.
Cette méthode consiste à prendre une base unitaire afin de pouvoir évoluer vers une estimation plus globale de situation. Cette méthode est comme les pièces de puzzle qui sont singulières, mais qui finissent à la fin par former une image globale.
Par conséquent, l’idée est de partir d’une valeur unitaire pour pouvoir estimer les transactions réalisées.

Le chiffre d’affaires prévisionnel pour les commerces locaux

Au niveau d’une enseigne physique, avoir la notion de position géographique est indispensable. Par exemple pour un café, un restaurant ou une boutique, la fréquentation de l’emplacement par les clients potentiels influencera certainement le chiffre d’affaires prévisionnel du commerce.
Afin de pouvoir anticiper les gains financiers, il existe une méthode qui est tout à fait empirique.
Par conséquent l’emplacement de votre commerce à une importance primordiale. Selon les professionnels dans le secteur, l’idéal est que dans le même endroit, il existe d’autres sociétés proposant le même concept ou possède le même cible pour que l’expérience soit intéressante.
Il est intéressant aussi d’observer la fréquentation des clients cibles de cet endroit, durant les jours de la semaine et durant le week-end.
Une fois, la fréquentation a été estimée, il ne reste plus que de pratiquer le taux de conversion. Si on prend l’exemple d’une boulangerie, si la fréquentation est de 1000 personnes, dont 300 entre dans la boulangerie et 200 effectuent un achat, par conséquent le chiffre d’affaires prévisionnel est de 700 euros par jour.

PSG-Liverpool : le président du PSG est très fier de son équipe

Le club de la capitale peut enfin souffler après son magnifique match du 28 novembre dernier au Parc des Princes face à Liverpool. Une victoire bien méritée par les joueurs de Thomas Tuchel, « l’un des meilleurs entraîneurs au monde » comme a affirmé le président du club de la capitale Nasser Al Khelaïfi. En effet, le club a été soulagé suite à la victoire des parisiens face aux Reds, dans le cadre de la 5e journée de la Ligue des champions. Un succès qui permet aux parisiens d’augmenter leurs chances de se qualifier aux huitièmes de finale.

Un des meilleures coachs au monde

Face aux Reds, le PSG n’a pas manqué son rendez-vous de Ligue des champions en offrant un des meilleurs matchs de cette saison. Espérant se qualifier pour les huitièmes de finale, les parisiens ont gardé tout au long du match un jeu de haut niveau. Tout en espérant que ses joueurs gardent le même enthousiasme et concentration lors de leur prochain match le 11 décembre à Belgrade, le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi n’a pas hésité de faire part de son soulagement aux médias après la rencontre.
« Je suis très heureux du résultat réalisé par les joueurs, ainsi que la qualité de leur jeu. En effet, les joueurs se sont battus jusqu’à la fin tout en restant concentré sur leur objectif. Nous avons pu, grâce à ce match, de montrer le vrai visage du PSG qui est constitué par les plus grands joueurs. Une équipe bien solide avec un grand entraîneur. C’est la meilleure réponse que peut donner le club face à la pluie d’accusations qu’il a subi » a assure le président du Paris Saint-Germain.
Certes, comme a affirmé le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, le Match PSG contre les Reds n’était pas facile et surtout de très haut niveau, « n’oublions pas que le Liverpool est le Vice-champion de la Ligue des champions et comporte beaucoup de grands joueurs », toutefois le PSG a été à la hauteur et il a pu réaliser un grand match.
Le PSG espère garder la même forme pour leur prochain match face à l’étoile Rouge à Belgrade, afin de garantir sa qualification aux huitièmes de finale.

Le match était comme « une finale pour nous »

Les joueurs du Paris Saint-Germain sont bien conscients que s’ils n’assuraient pas la victoire au parc des Princes le 28 novembre dernier, le club serait éliminé de la Ligue des champions dés la phase de poules. Toutefois, les hommes de Tuchel ont montré leur motivation en s’investissant physiquement dans le jeu pour enfin s’imposer à 2 buts à 1. « Nous avons joué ce match comme une finale » a affirmé la grande star brésilienne Neymar.

Un nouvel élan au service de la production indépendante grâce aux SOFICA

L’industrie cinématographique française est, aujourd’hui, administrée par un concile de manageurs méprisant tout ce qui est complexe. Le marché du cinéma n’a jamais produit autant de films (360 films et séries audiovisuelles en 2015 contre 50 seulement en 2000), il n’a jamais disposé d’autant d’argent (23 milliards en 2017) et la fréquentation bat des records. Pourtant, sa production n’aura jamais paru aussi obnubilée et formatée par le marché.

SOFICA : investir dans le cinéma et payer moins d’impôts !

Les SOFICA sont des entreprises d’investissement qui permettent de financer le marché de l’audiovisuel et du cinéma, tout en profitant d’une réduction fiscale avantageuse.
Ce type d’entreprises peut être créé par un organisme financier (on donne l’exemple de la SOFICA SG Image 2018 qui a été fondée par la société de gestion A Plus Finance) ou par un professionnel du secteur. Il s’adresse généralement aux investisseurs de long terme.
Les contribuables qui placent leur épargne ou leur économie dans une société de coproduction de films et de séries audiovisuelles profitent d’une réduction d’impôt correspondant à 46 % de leurs financements pour ceux réalisés en 2019 et déclarés en 2020. Soit une réduction d’impôt maximale de 10 200 euros. La SOFICA SG Image 2018, accessible dès 6 430 euros, vous permet de bénéficier de l’attractive fiscalité de ces sociétés tout en profitant de l’expertise de gestion d’A Plus Finance.
Pour rappel : pour bénéficier de l’avantage fiscal, l’investisseur doit détenir ses parts pendant neuf ans au moins. Il n’existe cependant pas de cas de possibilité de sortie anticipée.

SOFICA : des réductions d’impôt prises en compte dans le plafonnement de 21 500 euros !

Les réductions fiscales liées aux souscriptions au capital des sociétés de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles sont à prendre en compte dans le champ d’application de ce plafonnement spécifique. Alors pour profiter pleinement des avantages fiscaux procurés par votre investissement, veillez à ne pas dépasser ce plafond.
Mais il faut toujours garder à l’esprit que ces placements sont un peu risqués. Ceux-ci doivent être inclus dans une stratégie de diversification de votre portefeuille d’actifs, la réduction fiscale – quel que soit le type de placement – ne devant jamais être la principale motivation.

Ces sociétés d’investissement consacrent en moyenne :
– 15 % de leurs financements au secteur audiovisuel ;
– 96 % de leurs financements non adossés vers la production indépendante ;
– 23 % de leurs financements au secteur de l’animation ;
– 48 % de leurs financements sous forme de contrats d’association à la réalisation vers des premiers films.
Le rendement des SOFICA dépend, la plupart du temps, du succès commercial des films financés étant donné que celles-ci bénéficient de droits à recettes sur divers supports d’exploitation.

Paris Saint-Germain : les accusations qui portent sur le fichage ethnique du PSG ne sont rien d’autres qu’« une connerie, une fumisterie »

Les multiples révélations publiées par paname squad, dans le cadre des Football Leaks, accusant le célèbre club parisien d’avoir mis en place un système de fichage ethnique au niveau de la cellule de recrutement des jeunes joueurs, ont fait des vagues dans les médias français ces dernières semaines. Les dirigeants du club de la capitale dont le directeur de la communication, Jean-Martial Ribes et le directeur général du PSG, Jean-Claude Blanc, ont répondu à ces accusations en assurant que la direction du club de la capitale n’a jamais entendu parler de ces pratiques. Suite à ces révélations, le président du club parisien Nasser Al Khelaïfi a demandé à ce qu’une enquête interne soit effectuée le plus tôt possible afin d’apporter de la lumière sur cette affaire.
Profitant de cette situation, plusieurs médias ont réagi à ces révélations soit en hurlant au scandale, soit en assurant que cette situation existe dans plusieurs autres clubs.

Le recruteur du PSG, Jean-Paul Lucas, réagit aux accusations

Le recruteur du club parisien durant la période allant de 2013 à 2018, Jean-Paul Lucas a affirmé au site d’information, le 11 Amiénois, que toutes ces accusations sont des histoires bidons. « Je n’ai jamais vu ce type de fiche comportant des critères ethniques des jeunes joueurs du PSG. Sincèrement, toute cette histoire est une connerie, c’est de la fumisterie. J’ai travaillé durant 15 ans avec le responsable Marc Westerloppe, et je peux affirmer qu’il n’a jamais été question de critère ethnique que ce soit pour le recrutement ou l’évaluation des jeunes joueurs ».
En effet, d’après les informations publiées par les médias français, Marc Westerloppe aurait demandé aux recruteurs de mentionner des critères ethniques sur les fiches de chaque jeune joueur, suite à une initiative personnelle.

Marc Westerloppe est une victime

Jean-Paul Lucas a insisté en affirmant au site « J’ai travaillé avec Marc Westerloppe à Lens depuis des années avant de travailler au club de la capitale entre 2013 et 2018. Je suis donc le mieux placé pour vous assurer que jamais Mark Westerloppe ne raisonnera de la sorte. C’est une personne intègre qui ne franchira jamais la ligne blanche. Ce qui m’écœure, c’est qu’aujourd’hui, on est en train d’assister à un véritable lynchage médiatique à l’égard du célèbre club parisien. Je peux vous assurer que jamais n’a eu réellement des fiches ethniques comme a décrit Mediapart. C’est vrai qu’au tout début de recrutement, on mentionnait toutes les informations concernant le jeune joueur sur une fiche, toutefois, c’est juste afin de faciliter la reconnaissance et le suivi des jeunes joueurs. Néanmoins, nous n’avons jamais pris part au recrutement d’un club en mettant ce genre de procédé, c’est vraiment scandaleux ».
Suite à ces accusations, le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, a tenu à la mise en place d’un grand nombre de réformes au niveau de la cellule de recrutement afin d’éviter toute forme de discrimination.

Acquérir des parts de SOFICA et financer le cinéma

    SOFICA et impôt : le mariage idéal pour une défiscalisation réussie

  L’État a mis en place le dispositif des SOFICA dans le cadre de sa politique de soutien au cinéma. Le rendement des investissements SOFICA dépend toujours du succès des séries et des films. Pour rappel : celles-ci ne restituent que 83 % du capital collecté après une période de sept ans minimum.

   Les contribuables qui investissent en numéraire au capital des SOFICA peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 78 % avec certains investissements. C’est donc bien évidemment sur l’avantage fiscal accordé – réduction d’impôt sur le revenu – au souscripteur que repose la performance du placement.

   De ce fait, la minoration d’impôt peut aller jusqu’à 86 % du montant de la souscription (contre 69 % précédemment) pour les participations effectuées depuis mars 2016.

    La condition, cependant, est que la société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel bénéficiaire de la souscription doit réaliser 23 % – minimum – de ses investissements directement dans le capital d’entreprises de coproduction de films, avant le 2 février de l’année suivant celle de la souscription. Si la SOFICA ne remplit pas cette condition, la minoration d’impôt est maintenue à 27 % du montant de la souscription.

    Investissement SOFICA : quel rendement ?

  Il est un peu difficile d’estimer le rendement de la société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel dans laquelle on investit. En effet, chacune d’entre elles investit dans l’objectif de réduire le risque encouru. De plus, chaque SOFICA dispose de sa propre politique de gestion.

   L’UFF, distributeur important de parts de SOFICA, apporte néanmoins plusieurs éléments qui permettent de calculer leur rendement. Ce dernier prend en compte l’éventuelle restitution finale qui varie entre 69 et 89 % des parts collectées au bout de cinq ans.

   L’Union Financière de France précise que la performance d’une SOFICA, réduction d’impôt incluse, se situe entre 3. 6 et 7. 9 % par an. Ainsi, la société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel représente une piste de diversification très intéressante pour minimiser ses impôts à condition de bien comprendre les contraintes : un risque de perte en capital, rentabilité incertaine, indisponibilité des fonds…

  Donc l’investissement dans une société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel vous permet de bénéficier d’un investissement efficace et rentable au cœur d’un secteur très dynamique : le secteur audiovisuel et cinématographique.

  La société A Plus Image 7 – conseillée par le groupe A Plus Finance – vous permet de bénéficier de l’attractive fiscalité des SOFICA. Celle-ci est membre de l’Association de Représentation des SOFICA – ARS. Elle a pour rôle d’assurer l’efficacité et de préserver la pérennité du mécanisme des SOFICA, de les promouvoir auprès des investisseurs et des professionnels. A Plus Finance Cinéma présente toute l’actualité financière du cinéma européen et français.

Placement : investir à la montagne est-ce risqué ?

Acquérir un bien pied à terre à la montagne est une idée qui séduise plus qu’un. Toutefois, il est impératif de bien cibler son placement avant tout investissement. Découvrez toutes les recommandations de l’expert de l’investissement immobilier au sein de la société de gestion A Plus Finance, afin de fructifier votre investissement, tout en découvrant les demandes de la nouvelle génération de client des différentes stations.

Investir dans l’immobilier de tourisme

Selon Alexis François, le directeur adjoint du secteur de l’immobilier au niveau de la société de gestion A Plus Finance, d’une manière générale, l’immobilier de tourisme était chahuté durant les dix dernières années. Néanmoins, les biens continués à se vendre.
Malgré la baisse de la fréquentation des stations de ski les agences immobilières continuées à effectuer de bonnes performances à la montagne. En effet, selon Charles Sialelli responsable au sein du cabinet de conseil en investissement immobilier, durant les trois dernières années, ils ont réalisé les meilleures ventes. Ceci prouve l’existence de demandes d’achat, ainsi que de location.

Comment réussir son placement ?

Afin d’effectuer un bon d’investissement, il faut que l’investisseur sache être compétitif dans les prix proposés à la location, tout en sélectionnant un bien très bien placé. Il est important de rappeler que l’étendue du domaine skiable, ainsi que l’accessibilité sont les principaux critères, afin de garantir un meilleur rendement.
Toutefois, certaines exigences des clients ont changé ces dernières années. Puisque les clients souhaitent des espaces de vie assez grands. En effet, au cours de l’année dernière, les clients préfèrent plus des appartements de 2 pièces d’environ 35 mètres carré, alors que durant les années 80, ils optaient pour un appartement de 25 mètres carré. En outre, les clients préfèrent aussi avoir des activités hors ski. Selon le directeur général de Pierre et vacances immobilières, les nouveaux appartements doivent répondre aux nouvelles exigences du client, en ayant plus d’espace, en offrant des activités après ski (shopping, spa) tout en gardant l’authenticité des appartements de montagne.

Le jeûne du mois de Ramadan

Nombreux sont les questions et les préjugés des non-musulmans autour du mois de
Ramadan. Certains se sont ancrés sur des idées reçues, d’autres ont eu des réponses
erronées et d’autres encore n’ont pas eu de réponses à leurs questions.
La majorité pense que le jeûne est propre aux musulmans. Or, ce n’est pas le cas, car
l’Islam est une continuité des deux autres religions monothéistes (le Christianisme et le
judaïsme) qui existent aujourd’hui. Plusieurs ressemblances peuvent ainsi être constatées
entre le Christianisme et l’Islam et le Judaïsme et l’Islam. L’Islam est composé de cinq piliers
dont le jeûne (le troisième pilier) fait partie. Mais ce dernier a aussi été prescrit à ceux qui
ont précédé “Ô les Croyants ! On vous a prescrit As Siyam (le jeûne) comme on l’a prescrit à
ceux d’avant vous – peut-être seriez-vous pieux !” (coran 2 : 182-183).

Le jeûne consiste à se priver de boisson ou/et de nourriture !

Certains considèrent le jeûne comme le fait de ne pas s’hydrater, de ne pas se nourrir ou
l’un des deux. Or, le jeûne est d’abord un acte d’adoration qui nous rapproche de Dieu Tout
Puissant ; un acte d’adoration en soi.
De plus, le jeûne est un éloignement de plaisir et des tentations d’ici bas. C’est ainsi que du
lever (Al Fajr) au coucher (Al Maghreb) du soleil, tout musulman (fidèle) doit se priver de
boire et de manger tout en s’abstenant d’avoir de rapports sexuels, de mentir, de porter
atteinte à autrui, de parler inutilement, etc.
“Celui qui ne délaisse pas le mensonge et la tromperie, Dieu n’a nullement besoin qu’il
délaisse sa boisson et sa nourriture”, Hadîth rapporté par Al Boukhari.
Donc le jeûne a pour caractéristique de bannir le mensonge. Le jeûneur doit, ainsi, avoir
un comportement noble, dénué de tout vice et également, de toute tentation.

Quelques règles du jeûne

La majorité des non-musulmans pensent que le jeûne est une obligation à laquelle on doit
tous soumettre quel que soit notre âge ou notre état.
Or, {Dieu veut pour vous la facilité, Il ne vous veut pas la difficulté} (coran 2 ; verset 185).
La mère qui allaite et la femme enceinte ne sont pas soumises au jeûne si cela peut
entraîner un risque ou une difficulté pour elles et leurs bébés.
Les personnes âgées ne sont pas obligées de jeûner “La vieille femme et le vieillard ne
seront pas capables de jeûner”, tout comme le voyageur et le malade. Mais ces derniers
doivent nourrir un pauvre par jour de jeûne non fait.

“Soigne tes peines par l’aumône”

 

Les mérites de l’aumône

L’aumône légale (Al Zakat), troisième pilier de l’Islam, est une sorte d’impôt calculé
sur la base des richesses (ou biens) possédées (métaux précieux, capitaux,
troupeaux, etc.) et non sur les terres. Cet impôt, versé chaque année (trois jours
avant la fin du mois de Ramadan) au chef de la communauté musulmane, est
destiné à secourir les pauvres, à financer les travaux collectifs (les mosquées, des
hôpitaux, etc.) et entretenir les lieux de culte. Elle a été explicitement demandée aux
musulmans par Dieu dans plusieurs versets du Coran. Chaque législation a sa
manière de déterminer ses modalités et son montant (généralement 3.5 % de tout
capital dépassant un certain seuil détenu pendant plus d’un an) : la forme change,
mais le fond est le même. Elle est donnée au nom de Dieu à certaines catégories de
gens en ayant besoin : “Les Sadaqats ne sont destinées qu’aux miséreux, aux
pauvres, aux agents qui y sont affectés, à ceux qui ont été ralliés (à la cause de
l’Islam), à racheter la liberté des gens, à les acquitter de leurs dettes, au service de
Dieu et à l’étranger de passage. C’est là une répartition obligatoire venant de Dieu et
Allah est parfaitement Sage et Sachant.” (coran 9 ; verset 60).

L’aumône légale : troisième pilier de l’Islam

Les piliers de l’Islam (la profession de foi, la prière, l’aumône, le jeûne du mois de
Ramadan et le pèlerinage) sont les devoirs que tout musulman doit appliquer. Par la
pratique de l’aumône légale, l’Islam entretient l’idée que l’Oumma (grande nation)
est une. Dans un idéal égalitaire, chacun de ses membres doit participer à la
richesse commune. À vingt-huit reprises, le Coran (Livre Sacré de l’Islam) associe
l’aumône légale aux rites de purification et à la prière rituelle (As Salât) :
“Prends de leurs richesses une Zakât avec lesquelles tu les bénis et tu les purifies
et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Dieu est parfaitement Sachant
et Audiant.” (coran 9 ; verset 103).
C’est donc par l’aumône que les riches peuvent purifier leurs biens et rendre licite
leur usage. On peut dire que c’est un acte profondément religieux à l’égard de Dieu,
Créateur de tous les biens. Par ce rite, c’est l’idéal du partage qui se concrétise au
sein de la communauté musulmane.
L’aumône légale doit être différenciée de la Sadaqa, l’aumône non rituelle. Celle-ci
peut être faite spontanément (et à tout moment) au bénéfice de tout individu dans le
besoin. Le Livre Saint invite régulièrement les croyants à avoir pitié des pauvres et
de les secourir.
Dans la majorité des États musulmans, l’aumône légale a été remplacé par l’impôt.
Cependant, en France, les impôts prélevés par un État laïque ne peuvent avoir un
caractère religieux. On voit, de ce fait, un retour de la pratique de la zakât, versé

généralement, à la fin du mois de Ramadan. La destination de ces sommes est
surtout pour l’entretien et la création des lieux de culte ou le rapatriement du corps
des musulmans décédés en France.

Chasseur immobilier : création, suivi et contrôle

La profession de chasseur de bien était relativement méconnue dans l’hexagone, jusqu’à ce que l’émission « Chasseur d’appart » débarque sur M6. Toutefois, ce n’est pas vraiment un métier récent, puisqu’il est populaire et existant depuis longtemps dans les pays anglo-saxons. Vers le début des années 2000, les français se sont inspirés des britanniques et des américains, afin de développer l’activité de chasseur immobilier Bordeaux surtout à Paris,  et Aix-en-Provence.
L’un des leaders de la chasse immobilière en France, on peut citer Homelike Home, qui a été créé en 2003, afin d’apporter de l’aide aux acquéreurs de bien dans un marché qui est devenu assez tendu.

La création de la recherche immobilière

Au Royaume-Uni comme aux États-Unis, faire appel à un chasseur de bien est tout à fait naturel pour un acheteur de bien. C’est aussi normal que de faire appel à un agent immobilier afin de vendre un bien.
Toutefois, dans l’hexagone, la profession de chasseur immobilier n’a vu sa popularité monter en flèche que dans les années 2000. Malgré que, le métier de chasseur est apparu en France depuis les années 90.
Le concept de chasseur de bien a débarqué enfin en France à cause d’un constat simple : les agents immobiliers s’occupent plutôt de vendre des biens que de rechercher des appartements ou des maisons.

FNCI contrôle les chasseurs immobiliers

Ce n’est que depuis les années 2000 que le chasseur de bien gagne en crédibilité et en popularité en France. En outre, la Fédération Nationale des chasseurs immobiliers a vu le jour. La première fédération nationale qui regroupe tous les chasseurs immobiliers en France. La FNCI a été créée par Homelike Home, l’un des spécialistes de la recherche personnalisée immobilière, afin de garantir au acquéreur une meilleure transparence, confidentialité et un certain niveau de professionnalisme.
En effet, la Fédération nationale des chasseurs immobiliers propose régulièrement des réunions aux différents chasseurs de bien membres de la FNCI, ainsi que des formations de perfectionnement et d’apprentissage du métier de chasseur de bien.
En outre, la FNCI, contrôle et assure le suivi des pratiques des différents chasseurs immobiliers et n’hésite pas à les exclure s’ils ne respectent pas leurs engagements envers les acquéreurs.
Parmi les principales missions de la FNCI est de faire connaître la profession de chasseur immobilier. En effet, grâce aux multiples efforts de la fédération, une loi a été promulguée en mars 2014, qui reconnaît davantage le rôle du chasseur de bien.
Par conséquent, dans l’hexagone, il aura fallu prés de vingt ans afin que chasseur de bien passe d’un métier méconnu à une profession réglementée et populaire. Un chasseur immobilier doit obtenir une carte professionnelle, afin de pouvoir exercer son métier.

 

Le marché immobilier en France séduit de nouveau les investisseurs !

Actualité de l’immobilier en France : évolution du marché

Les observateurs des marchés immobiliers se posent toujours la question de la fiabilité de l’information immobilière et notamment des prix de l’immobilier.

La prospection immobilière

Généralement, les professionnels font le choix de combinaisons de formules fondées sur la méthode hédonique, qui a pour résultat et pour objectif de retracer au fil du temps les évolutions des prix sur la base d’un bien homogène. Cette méthode permet à la hausse des prix de s’affranchir des effets de structure des transactions, et donc de calculer la variation d’un prix d’un bien de référence. On sait qu’en période de forte tension sur le marché, l’écart de quatre mois (en moyenne) qui sépare le compromis de l’acte authentique compte beaucoup. Il faut cependant faire une concession entre la nécessité de répondre le plus rapidement possible à une demande légitime et la capacité de chacun à le faire avec rigueur.

Pourquoi faire appel à un chasseur immobilier ?

Comme tout marché, l’immobilier évolue au cours du temps (il suit des cycles de baisse et de hausse). Donc il est important de se tenir au courant de l’actualité et des dernières nouvelles. Il est également important de connaître l’état actuel de l’immobilier pour gérer au mieux votre projet.

Vous avez décidé d’acheter un bien à Paris ? L’intervention d’un professionnel (agent immobilier, chasseur d’appartement Paris, etc.) peut être très utile.
HomeLike Home, leader de la chasse immobilière, vous libère de toutes ces contraintes. Il intervient à l’achat comme à la location (à Londres, à Aix-en-Provence, en Normandie, sur Paris et ses environs). Il effectue à la place de l’acheteur tout le travail de recherche (location ou achat) d’un bien immobilier. Il offre un service sur mesure. Il travaille seulement dans l’intérêt de l’acquéreur. Donc avec HomeLike Home, vous pouvez trouver la perle rare.
L’équipe est composée d’une trentaine (100 % féminin) de chargées de recherche à votre service (avec une parfaite connaissance du marché local et de ses acteurs), spécialisées par secteur géographique. Elles sont là pour vous aider à trouver le bien de vos rêves à Paris, mais également à Londres, à Aix-en-Provence, en Normandie et bientôt à Los Angeles. C’est une profession encore jeune, mais en plein essor.

 

Les stratégies des sociétés de gestion françaises pour 2019 !

A Plus Finance est une société de gestion indépendante, créée en 1999 par Frédéric Bayol (le directeur général) et Niels Court-Payen (le président). Cette dernière est spécialisée dans la multigestion et le capital investissement. Cette activité se focalise notamment sur les secteurs dynamiques : médias, industrie, e-business, environnement, technologies de l’information….
Même si les investisseurs sont généralement minoritaires, cette société souhaite développer une très forte proximité avec les responsables des entreprises en portefeuille afin de favoriser une approche consensuelle des relations entre actionnaires. Cette dernière s’implique dans la gouvernance des entreprises à travers une participation active au Conseil de surveillance ou au Conseil d’Administration.

En matière de financement de l’économie réelle, A Plus Finance accompagne les moyennes et petites entreprises déjà bien établies dans leurs activités.
Ses investissements sont réalisés soit en dette à travers des obligations à bons de souscription d’actions ou des obligations convertibles, soit en capital (toujours minoritaires).
La qualité de quasi fonds propre de ce type de financement qui mixe droit d’accès au capital et dette permet, par ailleurs, de structurer des opérations alignant les intérêts de l’investisseur et ceux de l’entrepreneur.
Les solutions obligataires sont, en effet, de plus en plus recherchées par les actionnaires et dirigeants des entreprises vu qu’elles permettent d’éviter la dilution du capital tout en disposant de ressources à long terme.

Comment réussir son investissement boursier ?

Diversifier ses placements

La diversification est une étape très importante. Elle est une règle impérative. Il ne faut jamais concentrer son investissement sur deux ou trois titres. L’épargne doit être répartie sur plusieurs secteurs et plusieurs titres.
La bourse n’est risquée à long (ou moyen) terme que pour les investisseurs (les actionnaires) qui ne respectent pas la règle de diversification. En revanche, évitez une très grande dispersion. Chaque investisseur doit posséder au minimum 7 000 euros de chaque titre.

Investir à long terme

Afin d’obtenir une performance acceptable, il faut dorénavant accepter une dose de risque et donc investir une grande partie de son épargne sur les marchés boursiers. Il faut également savoir vendre au bon moment.
Ne cédez pas à la panique (ou à la peur) à la moindre turbulence. En bourse, tant qu’on n’a pas vendu, on n’a rien perdu. À longue échéance, les cours remonteront : les actions sont un placement à long terme. Donc il faut savoir vendre au bon moment. Fixez-vous des limites de plus-values à atteindre !
Mais n’oubliez pas de conserver un volant de liquidités. Cela vous permettra de profiter d’opportunités d’achat et également, de faire face à des besoins imprévus.

Fonds de placement : gestion passive et active ?

Dans la gestion des fonds de placement, il existe deux types de management des fonds de placement, la gestion active et passive. Les types de gestion varient selon la stratégie qui a été prédéfinie par le gestionnaire du fonds de placement.
Afin d’avoir une idée sur les performances des différents fonds d’actions, le gestionnaire raisonne selon un point de référence qui est appelé dans le jargon financier « Benchmark ». En effet, dans le cas d’une gestion active d’un fonds, les gestionnaires essaient de surpasser les performances de leur Benchmark en effectuant des choix bien spécifiques lors de la gestion des fonds.
Quant au fonds de placement passif, il suit plutôt les performances d’un indice fixe. C’est pour cette raison que ces fonds ont très souvent des frais de gestion qui est bien plus inférieurs que les frais d’une gestion d’un fonds active. C’est aussi pour cette raison que la gestion passive est plus privilégiée par les investisseurs.
Néanmoins, il y a plusieurs avantages qui favorise la gestion active d’un fonds de placement que passive.

Les différences entre les fonds de gestion active et passive

Selon l’expert de l’investissement au sein de la société de gestion A Plus Finance, une gestion active permet une meilleure adaptation aux conditions du marché financier, tout en permettant à l’investisseur de mieux profiter des nouvelles opportunités. En effet, la majorité des gestionnaires trouvent qu’opter pour une gestion active d’un fonds d’investissement permet de mieux profiter des opportunités qu’offre le marché, puisque certaines obligations et actions sont plus attrayantes certains jours, mais ils ne le sont plus le lendemain.
Selon l’explication de Guillaume Pellery, le responsable d’investissement au niveau de la société de gestion A Plus Finance, la gestion active d’un fonds d’investissement peut être l’un des meilleurs moyens pour pouvoir insister sur certaines tendances ou secteurs plus que d’autres.
À quoi faut-il faire attention au niveau de la gestion passive ?
Lorsqu’un gestionnaire opte pour une gestion passif afin de gérer les fonds d’investissement, il faut savoir profiter du bon moment pour vendre afin d’éviter de vendre à perte.
En outre, vu que le marché boursier fluctue considérablement, les fonds d’investissement qui sont cotés en bourse peuvent évoluer en donnant lieu à des ventes ou des achats indésirables. Cela pourrait être expliqué par le fait que les fonds peuvent évoluer en fonction d’un prix d’offre et de demande qui effectue l’intermédiaire entre les valeurs sous-jacentes et l’investisseur, rendant ainsi le processus beaucoup moins transparent.
Si le marché est en baisse, l’investisseur peut vendre ses parts du fonds éventuellement par l’intermédiaire des ordres de vente automatiques comme les ordres stop loss.